La Côte de Beauté - N°164 - Février/Mars 2020

Municipales 2020, mode d’emploi

Les élections municipales 2020 ont lieu les 15 et 22 mars prochains. Dans ce numéro spécial, la Côte de Beauté fait le point, commune par commune. Sans oublier ce qui peut être considéré comme le 3e tour du scrutin : l’élection du président de la Communauté d’agglomération Royan Atlantique, qui ne cesse de prendre du pouvoir localement. 

À l’heure où nous écrivons ces lignes, le gros des troupes est constitué. Mais toutes les forces en présence ne sont pas forcément encore connues. La date limite de dépôt des listes candidates aux élections municipales 2020 étant fixée au 27 février, moins de trois semaines avant le premier tour du scrutin local le plus populaire en France. 

Les 15 et 22 mars, les électeurs seront donc appelés à élire, pour six ans, non seulement leurs conseillers municipaux mais aussi leurs conseillers communautaires (lire ci-dessous). Il reviendra ensuite aux élus installés de désigner le maire, dans chaque commune. En l’occurrence, sauf cas exceptionnel et rarissime, la ou le tête de la liste qui aura remporté la majorité des suffrages. 

Parité hommes/femmes obligatoire, vote blanc décompté

Toutes les communes de la Côte de Beauté sont soumises au même régime depuis 2014 et l’élection précédente. Le panachage et le raturage des listes, vieilles traditions à Meschers et aux Mathes, sont révolus. Dans les communes de plus de 1 000 habitants, c’est un scrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire accordée à la liste arrivée en tête. Les listes doivent être composées d’autant de femmes que d’hommes, avec alternance obligatoire une femme/un homme ou inversement. 

Nouveauté pour ces municipales, le vote blanc est désormais distingué des bulletins nuls. Ce n’était pas le cas en 2014. Même s’il n’est pas encore question de l’intégrer dans les suffrages exprimés, ce premier pas symbolique vers une éventuelle reconnaissance peut retranscrire un rejet de la part de l’électorat. 

Au moins deux communes changeront de maire 

Si les actuels maires de Saint-Georges-de-Didonne, Royan, Saint-Palais, Les Mathes et La Tremblade sont bien candidats à leur propre succession, ceux de Meschers et Vaux passeront en revanche la main en 2020 (lire par ailleurs). Le premier cité, Dominique Decourt, nous avait pourtant confié au printemps dernier son désir de repartir en campagne pour briguer un quatrième mandat, mais des soucis de santé ont eu raison de sa détermination.

Quant à la maire de Vaux, Danièle Carrère, elle avait déjà fait savoir sa volonté d’arrêter (CB n° 162), lassée notamment par le comportement des services de l’État à l’égard des élus locaux. Un renouvellement naturel va donc s’opérer à l’issue de ce scrutin 2020. Sera-t-il encore de plus grande ampleur à l’échelle de toute la Côte de Beauté ? Réponse d’ici au 22 mars.


Pour voter, il faut s’inscrire avant le 8 février

Vous ne vous êtes pas inscrits sur les listes électorales avant le 31 décembre 2019 ? Pas de panique, les modalités ont évolué. Pour les élections municipales 2020, la date limite est fixée au 7 février inclus. La demande d’inscription peut être faite en ligne, en mairie ou par courrier adressé à la mairie du lieu de résidence.


Combien de conseillers à élire ? 

Nombre de conseillers municipaux et communautaires en fonction de la taille de la commune au 1er janvier 2020 (chiffres Insee 2017)

 

Meschers (3 174 habitants) : 

23 conseillers municipaux (CM) et 

2 conseillers communautaires (CC)

Saint-Georges (5 360 habitants) : 

29 CM et 4 CC

Royan (18 398 habitants) : 

33 CM et 14 CC (un de plus qu’en 2014)

Vaux (3 798 habitants) : 

27 CM et 2 CC (un de moins qu’en 2014)

Saint-Palais (3 897 habitants) : 

27 CM et 3 CC

Les Mathes (1 974 habitants) : 

19 CM et 1 CC (un de moins qu’en 2014)

La Tremblade (4 336 habitants) : 

27 CM et 3 CC (un de moins qu’en 2014)


Un match à trois pour la présidence de l’Agglo ?

Une fois les maires installés dans chaque commune viendra une autre élection. Celle de la gouvernance de la Communauté d’agglomération Royan Atlantique (CARA). Charge aux 63 délégués communautaires, désignés par les électeurs lors des municipales, d’élire le bureau qui sera aux manettes de la politique intercommunale pour les six prochaines années. Or, 2020 marquera forcément un tournant en raison de l’arrêt de l’actuel président Jean-Pierre Tallieu (lire par ailleurs), en poste depuis 2006. 

Qui pour lui succéder ? Parmi les élus siégeant aujourd’hui au conseil, trois ont déjà fait écho de leur intention de se présenter, à condition, évidemment, d’être réélus maires dans leur propre commune. Si Vincent Barraud, bras droit de Jean-Pierre Tallieu depuis plusieurs années, semblait le dauphin naturel il y a encore quelques mois, l’absence de consigne de vote du président Tallieu rebat clairement les cartes.

Depuis, les maires de Royan et Saint-Georges, Patrick Marengo et Jean-Marc Bouffard, sont entrés dans la danse. Et « draguent » à tout va leurs collègues communautaires pour tenter d’emporter la mise. Nombre d’élus disent encore attendre de connaître les projets de chacun avant de trancher. La CARA, dont les compétences ne cessent de s’élargir, représente en effet un organe politique et décisionnaire au pouvoir de plus en plus déterminant par rapport aux communes qui la composent.

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous