La Tremblade-Ronce-les-Bains - N°96 - Septembre/Octobre 2008

Oui au projet de port chenal

Le préfet a donné son accord pour la création d'un port chenal en centre-ville. Au préalable, il faudra nécessairement réaliser le lagunage de l'îlot Rousselot qui a également été autorisé.

 

Mercredi 27 août, avant d'attaquer l'ordre du jour du conseil municipal, Jean-Pierre Tallieu, le maire, a annoncé aux élus que les services de l'Etat venaient de donner leur feu vert pour la réalisation du lagunage de l'îlot Rousselot et pour l'aménagement du port chenal en centre-ville. L’opération consiste en l’extension du port chenal par le creusement de la place Faure-Marchand et la réalisation d’aménagements tels qu'une porte écluse, une capitainerie, des sanitaires, une déchèterie portuaire et une zone technique avec une cale de mise à l’eau.

Préalable indispensable aux travaux de creusement du port, le lagunage permettra d'améliorer la qualité des eaux pluviales qui transitent par le chenal de la Grève avant de rejoindre la Seudre. Les travaux vont donc pouvoir commencer, avec, dans un premier temps, le déplacement des réseaux, puis la réalisation du lagunage dans l'îlot Rousselot et le creusement du port en ville.

La commune, en effet, a engagé une démarche visant à l’amélioration de la qualité des eaux de baignade et des eaux conchylicoles, amélioration nécessitant la collecte et le traitement des eaux pluviales rejetées en mer à Ronce-les-Bains, ainsi que celles rejetées dans le chenal de l’Atelier à La Tremblade. Suite à une étude complète réalisée par l’UNIMA (Union des marais de la Charente-Maritime), il a été envisagé la réalisation des équipements de traitement des eaux pluviales en deux tranches de travaux. La première, pour le début d’année 2009, consiste à redimensionner le réseau situé rue Foran et à créer une unité de traitement de type lagunage avec filtres plantés de roseaux sur le site de l’îlot Rousselot. Le coût de l’opération s’élève à 1 340 041 euros. La seconde tranche, envisagée pour le début d’année 2010, consiste à poser une canalisation depuis Ronce-les-Bains jusqu’au site de la prise de Treillebois où une unité de traitement de type lagunage avec filtres plantés de roseaux sera réalisée. Le coût de l’opération s’élève à 1 208 051 euros.

Considérant l’intérêt de ces travaux pour le maintien du tourisme et de l’ostréiculture sur la commune, les élus ont décidé de solliciter des subventions. Ainsi le financement de ces deux opérations pourrait-il s’établir de la façon suivante : commune (30 %), communauté d'agglomération Royan Atlantique (15 %), Conseil régional (15 %), Conseil général (15 %) et l'agence de l’eau Adour Garonne (20 %). Les financements pourront également intégrer des fonds européens. Pour François Patsouris, adjoint au maire, «le but de cette délibération est de prendre rang. Il y aura d’autres demandes de subventions plus précises lorsque le projet aura évolué. Il existe aujourd’hui un risque de déclassement des eaux conchylicoles du fait de la mauvaise qualité des eaux du bassin de Ronce-les-Bains. Les équipements de traitement envisagés reposent sur des systèmes rustiques et sont prévus sur des sites qui ne nécessiteront que très peu de transformations. Le choix du site d’Ostréamar présente également l’avantage de traiter un très grand bassin versant de l'ordre de130 hectares. Ce schéma est une condition pour la participation de financeurs comme l’agence de l’eau Adour Garonne.»

De plus, dans le cadre de l'extension du port chenal, votée en juin 2003, les élus ont approuvé le caractère d'intérêt général du projet en déclarant d'utilité publique un certain périmètre de la place Faure-Marchand pour mener à bien certaines acquisitions foncières qui n'ont pu se réaliser à l'amiable. Pour les élus, ce projet présente un caractère d’intérêt général en raison de l'amélioration de l’organisation dans le port des activités ostréicoles et touristiques, mais également de l'amélioration de la situation sanitaire dans le chenal par le réaménagement et la mise aux normes des réseaux d’eaux usées et d’eaux pluviales de la place Faure-Marchand. Ce projet permettra également une nouvelle organisation urbaine du centre-ville par l’aménagement du sud-est de la commune, en reliant la ville au chenal et en créant un équipement permettant de structurer cette partie de la ville. A noter cependant que, pour le maire, la procédure de déclaration d’utilité publique ne sera mise en œuvre que si les négociations amiables demeurent infructueuses.

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous