Courrier des lecteurs - N°126 - Octobre/Novembre 2013

Saint-Georges : trop c’est trop !

Mme Françoise Brouard, conseillère municipale, ancienne maire de Saint-Georges-de-Didonne, réagit à l’article paru dans le dernier numéro concernant des factures privées qui auraient été payées par l’ancienne municipalité (CB n°125).

«Un mandat tel que celui que j’ai récemment occupé peut éventuellement faire l’objet de certaines critiques. Je suis ouverte aux divergences d’opinion et respecte le droit d’expression. Je l’ai, je pense, toujours montré. Mais j’espérais qu’un respect réciproque resterait de mise. Faut-il obligatoirement régler des comptes ? Face à un acharnement qui s’amplifie, qui semble monter crescendo, j’avoue mon incompréhension et je suis profondément en colère. Le maire a saisi la Chambre régionale des comptes pour une vérification : il évoque des dysfonctionnements, des factures qui auraient été payées sans que leur opportunité n’ait pu être établie. Je souhaite fermement que cette contestation reste basée sur des faits et non sur une forme de dénigrement systématique à la limite de la diffamation. Je désire aujourd’hui dénoncer ce soupçon perpétuel sur ce qui a été fait. Il n’y  eu ni enrichissement personnel, ni rétributions opaques. Ce matraquage permanent, ces attaques, sont  insupportables. Durant les trois années de mon mandat, j’ai le sentiment d’avoir œuvré  pour le bien  commun des Saint-Georgeais et de cette ville qui le mérite et que j’aime profondément. Avec toute mon équipe et les services municipaux, je me suis astreinte, chaque jour de ces trois ans, à mettre en place notre programme, à faire ce que je disais et ce dans un délai très contraint. Vous êtes nombreux à me témoigner, et je vous en remercie, votre confiance, à regretter cette quiétude qui prévalait dans notre belle cité touristique. De nouvelles échéances électorales étant proches, j’ai personnellement la conviction que ne pouvant démontrer ses compétences par des actes concrets attendus des Saint-Georgeais, le nouveau maire a choisi comme solution la diversion et n’a d’autres manières que de privilégier le blâme et les suspicions sur le bilan de l’année. Il fait comme s’il voulait régler des comptes. En cela, il me paraît manquer du minimum de sérénité compatible avec une fonction où calme et pondération sont des valeurs indispensables. J’attends de mon successeur des contributions de fond et non des critiques délétères. Rester constructif, travailler sans relâche pour le développement de Saint-Georges, éviter les querelles sans panache, c’est cela, pour moi, les priorités d’un responsable municipal.»

 
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
6 € N°149
Août/Septembre 2017

Commander
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous