Sommaire du journal N°115 - Décembre/Janvier 2012

 

Chers lecteurs,

On n’en finit plus d’épiloguer sur la fin des Jardins du monde, voulus par Philippe Most. La mégalomanie du projet était – disent les adversaires de l’ancien maire de Royan – à l’image de son promoteur : il était surdimensionné par rapport aux capacités financières de la ville et, en outre pour certains, le concept n’était pas assez ludique.

Il est vrai que les études de marché effectuées par des promoteurs privés sont souvent plus réalistes que celles commandées par des collectivités publiques. Et celles qui ont précédé la création du parc étaient, en ce qui concerne la fréquentation prévue, largement surestiméees.

En outre, Claude Caillé, le fondateur du zoo de La Palmyre, l’avait rappelé à René Monory lorsque celui-ci avait créé le Futuroscope de Poitiers en faisant injecter 1,5 milliard de francs au Conseil général qu’il présidait : «Si vous voulez survivre, il vous faudra créer une attraction nouvelle par an.» Ce que les dirigeants du Futuroscope ont effectivement fait en  investissant chaque année, comme tous les parcs de loisirs, entre 10 % et 25 % de leur chiffre d’affaires. Ceux des Jardins du monde ont essayé de suivre ce précepte mais sans en avoir les moyens financiers. Pas de problème, en revanche, pour le Futuroscope qui a connu, lui aussi, de nombreux résultats déficitaires, mais a toujours été soutenu par une collectivité aux moyens autrement plus importants que ceux d’une ville moyenne comme Royan. Rappelons aussi que le parc aquatique, les Antilles de Jonzac, n’a pu être créé qu’avec le soutien financier du Conseil général de la Charente-Maritime dont le président était à l’époque le maire de Jonzac, Claude Belot. N’oublions pas non plus que l’énorme succès du Puy du Fou, aujourd’hui sous gestion privée, a été dû, en grande partie, au Conseil général de la Vendée qui l’a soutenu à bout de bras pendant des années.

Cela dit, on s’interroge aujourd’hui, à la mairie de Royan, sur le devenir de ces bâtiments et des 7,5 ha du parc sans avoir pour l’instant de solution.

Claude Fouchier

 

Dernière minute

La Côte de Beauté

Meschers-sur-Gironde

Saint-Georges-de-Didonne

Royan

Vaux-sur-Mer

Saint-Palais-sur-Mer

Les Mathes-La Palmyre

La Tremblade-Ronce-les-Bains

Histoire

Culture

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander
7.50 € N°188
Février/Mars 2024

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous